EXPOSITION 11:

Me voici donc à Marinaleda, au terme de la Route de l’Utopie.

Comme prévu, une exposition « rétrospective » de mon chemin est présentée. Elle se compose de 90 images (ça fait 90 jours que je suis parti). Je pensais l’accrochée sur l’avenue de la Liberté, grande avenue qui traverse la ville, mais au milieu de cette avenue, il y un grand parc. En faisant un tour dedans, je décide de la faire là.  Vous pouvez voir un aperçu du lieu ici.

La scénographie s’organise en 6 espaces distincts dans le parc. Ces 6 espaces font sens avec les images.

Espace 1:

Au milieu de cyprès, un îlot, une placette circulaire, avec en son centre un lampadaire. Ce poteau, ce mât, nous incite à le suivre du regard et à lever la tête au ciel ou vers les étoiles selon l’heure à laquelle nous sommes. Tout autour sont disposés 4 bancs qui se font face à face.

Les images sont sur les bancs et sur le mât. Elles représentent ma 1ère étape et la communauté de l’Arche.

 

 

 

Espace 2:

Un amphithéâtre, qui symbolise, à mon sens, le mieux la démocratie participative proposée par les citoyens de Saillans. Les images présentées comprennent une sélection du travail réalisé sur Saillans ainsi que de la portion du chemin qui y mène.

 

 

 

 

Espace 3:

Une passerelle se trouve au milieu du parc. C’est l’endroit que j’ai choisi pour accrocher les images du Hameau des Buis. Ce hameau où la transmission intergénérationnelle est la base du lien. Créer des ponts entre les générations, ne jamais perdre cet objectif.

En face des images du Hameau, j’ai disposé les images de la route qui m’a menée jusqu’à la frontière Espagnole…un pont entre les deux pays, entre deux parties de mon voyage. Finalement un pont entre moi et les Autres…

 

 

 

Espace 4:

Au fond du parc, un mur en grillage avec en haut des barbelés. De l’autre coté s’étend un champ, le ciel, des arbres…Je choisis d’accrocher les images de la portion de route qui m’amène au Maquis ainsi que les images du Maquis. Ce lieu représente le champ des possibles inaccessible car derrière nos propres barrières…

 

 

Espace 5:

L’entrée du parc est un bon endroit pour installer quelques images de Carricola. Toutes les communes devraient avoir cette force collective qui permet de refuser certaines choses imposées par un pouvoir central qui ne comprend pas que les réalités ne sont pas toutes similaires. Cette posture alimente une fierté et un vivre-ensemble. Un socle commun. L’étincelle pour ensuite nourrir le feu du changement.

 

 

Espace 6:

Dans ce parc, à deux endroits distincts, se trouvent des agrès, pour faire un peu de sport. Ces lieux sont les endroits rêvés pour y mettre les images de la route en Espagne, des Pyrénées à Marinaleda….car par moment, c’était quand même un peu sport!!!

 

 

 

Merci à toutes celles et ceux qui ont participé de près ou loin, volontairement ou involontairement, activement ou passivement à la réalisation de cette route. Vous croisez sur mon chemin a été un grand honneur et un immense bonheur..j’espère vous y retrouver prochainement…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s