On the Utopia’s Road?

Théodore Monod :
« L’utopie ne signifie pas l’irréalisable, mais l’irréalisé.  L’utopie est simplement ce qui n’a pas encore été essayé. »

(English below)

On the Utopia’s Road est un voyage photographique à bicyclette qui nous emmène d’Albertville à Marinaleda à la rencontre de ceux qui désirent semer les promesses d’un monde meilleur. J’ai envie de découvrir ce qui motive ces personnes à se construire leur monde idéal. Il y a un romantisme fascinant à se donner la peine de vivre sa vie en accord avec ses convictions et ses rêves. Le projet est de tracer une route imaginaire entre ces deux communes, la « Route de l’Utopie ». Sur cette route, que je sillonnerai à vélo, je visiterai une dizaine de communautés, collectifs, groupes, associations proposant diverses alternatives solidaires et utopiques.

La photographie, vecteur de réciprocité et d’intégration, sera mon passeport tout au long de ce périple. J’alternerai les moments de prise de vue et les temps où j’exposerai ces images (dans des lieux communautaires ou dans des espaces publics). Symboliquement, je tisserai un lien entre chaque communauté, les territoires traversés et la « Route de l’Utopie ».

 On the Utopia’s Road est le croisement de mon approche de géographe, de mon regard de photographe, de mon métier de médiateur, et de mon « entre moi », entre ce que je suis et ce que j’aspire à être : à la recherche d’une expérience sensible de l’espace contemporain et de solutions alternatives.Roumanie 2010

 On the Utopia’s Road aiguise mon œil géographique. Photographier ces communautés, ces paysages, ces lieux invitent à la réflexion : je traverse ou je prends place ? C’est une question décisive dans l’existence humaine. Trouver sa place, son lieu.

On the Utopia’s Road m’amène à traverser le miroir de l’exclusion, à montrer non plus l’exclusion subie, injuste, mais l’exclusion volontaire. Parler d’hommes et de femmes qui se regroupent, construisent un vivre-ensemble basé sur des idéaux communs, mettent en valeur les ressources, les savoirs et les savoir-faire dont ils disposent. C’est le sens de ce projet.

 On the Utopia’s Road est autant un défi physique et qu’artistique. J’apprécie les modes de voyage lent et l’effort me stimule. C’est donc naturellement que je choisis de faire cette route à vélo, un mode de transport adapté à ma vitesse. J’ai pu l’expérimenter à plusieurs reprises. Au cours de ces voyages, je me suis rendu compte de l’intérêt du vélo comme moyen de transport mais aussi comme prétexte à la rencontre. Tout le monde sait faire du vélo et chacun y va de son commentaire, de sa petite histoire et de son conseil.

J’ai hâte d’enfourcher mon vélo pour aller à la rencontre du bonheur des autres.

 

Serbie 2010

In English

On the Utopia’s Road is a photographic journey by bicycle that takes us from Albertville to Marinaleda (nicknamed « the village in utopia ») to meet those who want to sow the promise of a better world. I want to discover what motivates these people to build their own ideal world. There is a fascinating romance bother to live his life according to his beliefs and dreams. The project is to draw an imaginary road between the two cities, the Utopia’s Road. On this road, I will visit a dozen of intentional communities offering various solidarity and utopian alternatives.

Photography is a vector of reciprocity and integration. It will be my passport throughout this journey. Symbolically, I will weave a link between each community, the crossed territories and the Utopia’s Road.

On the Utopia’s Road is crossing my approach as a geographer, my glance as a photographer, my job as a mediator, and my « between me, » between what I am and what I aspire to be: in a research for a sensory experience of contemporary space and alternatives.

On the Utopia’s Road sharpens my geographic eye. Photographing these communities, these landscapes, these places invite reflection: I cross or I sit? This is a critical issue in existence human. Find his place, his shelter.

On the Utopia’s Road leads me through the mirror of exclusion, to show either the exclusion suffered, unjust, but voluntary exclusion. Speaking of men and women who come together, build a life together based on common ideals, use the resources in awareness, knowledge and expertise they have. This is the meaning of this project.

On the Utopia’s Road is both a physical challenge and artistic. I appreciate the slow modes of transport and effort stimulates me. It is therefore natural that I chose to do this road by bike, an adapted mode of transport to my speed. I have already experimented a bicycle journey several times. During these trips, I realized the usefulness of the bicycle as a means of transportation but also as a pretext for meeting people. Everyone knows cycling and everyone has his commentary, his story and his council.

I look forward to bestriding my bike to go to meet the happiness of others.

Publicités